Les conditions de vie en milieu rural en Inde

Après une nuit de train (pour faire environ 700 km vers le centre de l'Inde) puis deux heures de voiture nous arrivons à Dilasa, une association qui s'occupe principalement d'améliorer les conditions des paysans. En inde, les agriculteurs représentent 80% de la population. La majorité vivent et travaillent sur des petites parcelles de 2 ou 3 hectares, qui leur permettent (les bonnes années) de faire (sur)vivre leur famille. Les paysans cultivent leur terre avec des moyens rudimentaires, souvent avec l'aide d'un boeuf et des outils comme il en existaient autrefois chez nous (charrue et soc tout ce qu'il y a de plus simple). Le climat de l'Inde dépend du système des moussons. Chaque année dans cet état du  Maharashtra, la région est arrosée par la mousson de fin juin à la mi septembre. C'est le moment où les agriculteurs sèment leur culture annuelle ( coton, blé, lentilles, légumes, etc.)

Le réchauffement climatique, le manque d'eau d'irrigation, les moussons insuffisantes ou les inondations font que les récoltes sont très aléatoires. Les mauvaises années de récolte se succèdent et trop souvent les petits paysans ne supportent plus ces conditions de vie extrèmes.  Un trop grand nombre font le choix de migrer vers les grandes villes pour trouvers des "petits boulots" et où les familles s'entassent jusqu'à 10 personnes dans des pièces uniques qu'ils louent très cher. D'autres sont tellement désespérés qu'ils se suicident, laissant veuves et enfants dans le dénuement le plus complet.

C'est pour éviter ces situations critiques et humainement désastreuses, que depuis 2011, l'association Dilasa a mis en oeuvre  un programme de développement pour améliorer les conditions de vie des personnes vivant en milieu rural. Un des aspects essentiels est la recherche de techniques toutes simples pour l'irrigation des cultures. En irriguant les parcelles de terre, cela permet de faire plusieurs récoltes (au lieu d'une seule durant la mousson), donc d'avoir plus de revenus et une vie meilleure. Avec un tout petit peu plus que le strict nécessaire, cela permet aux familles de scolariser les enfants, de faire creuser un puits ou de rénover les murs ou le toit de la maison, abimés par les périodes de mousson.

L'équipe de Dilasa s'occupe aussi de créer des cantines solidaires ("community kitchen) pour les personnes âgées très démunies  et sans famille, dans certains villages particulièrement pauvres où habitent des aborigènes (les premiers "vrais" habitants de l'Inde, avant l'arrivée des hindous actuels).

Les membres de Dilasa ont profité de notre présence pour organiser une petite cérémonie avec distribution de bananes à chacun des bénéficiaires de cette cantine solidaire.

Les conditions de vie en milieu rural en Inde

Rédigé par Maria

Repost0